Ces Allemands qui nous dérangent

Publié le par Robert Willard

 

Nous venons d'apprendre que Jack Lang est depuis août 2010 le conseiller spécial de l' ONU sur les questions juridiques concernant la piraterie au large de la Somalie. Comment M. Ban Ki-Moon a-t-il songé à Jack Lang pour une pareille mission ? Mystère et sinécure.

 

Certes, Jack est docteur ès "droit public". Mais il nous semble aussi peu crédible pour erradiquer la piraterie somalienne, que ne l'est Albin imitant John Wayne dans La Cage aux Folles (2'50'' sur la vidéo : un moment d'anthologie - qui, lui, ne doit rien à nos impôts).

 

Nous serions curieux de savoir si la nomination de J.L. à ce poste constitue, dans l'esprit de Ban Ki-Moon, un "signal fort" à l'adresse des pirates somaliens. C'est hélàs possible.

 

Toute bouffonnerie mise à part, nous voyons deux catégories d'heureux dans cette affaire : les contribuables français, qui pour cette fois seront aidés par les 191 autres pays de l'ONU pour rémunérer Jack  - et les pirates somaliens, qui n'en espéraient certainement pas tant.

 

Jack doit remettre son rapport lundi prochain à l' ONU. Nous en reparlerons.

 

Plus sérieusement, nous sous sommes intéressé au cas de l' Allemagne, dont le taux de croissance du PIB donne des vertiges à nos dirigeants.

 

Vous avez lu comme nous que la croissance allemande repose sur les exportations, mercedeset la croissance française sur la consommation. Au plus fort de la crise franco-allemande qui a eu lieu sur la question de l'aide à la Grèce, il y a quelques mois, Christine Lagarde avait brocardé le modèle économique teuton qui consommait trop peu et exportait trop, au grand dam de ses partenaires économiques.

 

A l'entendre, ces salauds de Fridolins sont des radins qui vendent à leurs partenaires (donc profitent de l'argent des autres) mais ne leur achètent rien - en tout cas, beaucoup trop peu. Cette rengaine n'est d'ailleurs pas une exclusivité lagardienne : on l'entend chantée sur tous les tons par nombre de responsables politiques de tous bords, qui puisent leur inspiration, manifestement, dans la presse économique vulgarisée.

 

En résumé, si l'économie des Allemands est performante, c'est parce que, en un certain sens, ils trichent. Et nous, honnêtes Français, en faisons les frais, via notre balance commerciale cacateuse. L'honneur national est donc sauf, et, surtout, il n'est pas nécessaire de remettre en cause notre modèle économique (qui affirme que l'on peut s'enrichir en consommant : nous débattrons un autre jour de cette passionnante question).

 

Mais que signifie, au juste, cette "sous-consommation" dont on accuse les Allemands ? Planquent-ils leur excédent commercial sous leurs matelas ? Vivent-ils comme des bushmen, se privant du confort dont nous, Français, jouissons en "consommant" ? Sont-ils sous-équipés en infrastructures et services publiques ? Se déplacent-ils à vélo ? Ne possèdent-ils ni télévisions, ni ordinateurs, ni équipements électro-méagers ? Sont-ils sous-alimentés ?

 

A ce stade il est nécessaire de produire quelques chiffres pour y voir clair.

 

-Concernant, de manière globale, le "niveau de vie", rien ne laisse deviner quelque restriction que ce soit d'après le tableau ci-joint  (même si certaines données ne sont plus très fraîches, le comparatif reste significatif).   Notez que la réputation de "vie plus chère" en Allemagne est démentie par le PIB/habitant en Standard de Pouvoir d' Achat (SPA), qui est une mesure du pouvoir d'achat intégrant le coût de la vie : 116 pour l'Allemagne contre 108 pour la France.

 

-Côté infrastructures, deux chiffres très représentatifs : 13 000 km d'autoroutes en Allemagne, 12 000 km en France ; plus de 40 000 km de réseau ferroviaire en Allemagne, moins de 30 000 km en France - à mettre en perspective avec nos 550 000 km2 de territoire métroplitain, contre 350 000 km2 pour l' Allemagne. Sans commentaire.

 

-Nos voisins ne se privent pas non plus de TIC (Technologies de l'information et de la communication). Ils nous mettent plus de 15% dans la vue en taux d'équipement internet, notamment.

 

-Ils ont des voitures : davantage que nous par foyer, et, paraît-il, de plutôt bonne qualité.

 

-Ils ne se privent pas sur la nourriture : 12% de leur budget contre 13% pour nous.

  

Arrivé là, cher lecteur, vous devez commencer à vous demander en quoi les Allemands sont si mauvais consommateurs.

 

Mais ce n'est pas fini.

 

-En 2009, rapportées à leur PIB respectif, les importations allemandes  se montaient à 33% , les françaises à 18% :  les Allemands ont donc acheté presque deux fois plus à l'étranger que nous, à PIB égal. 

 

-Les Allemands épargnent beaucoup moins que nous : 9% de leur revenu, contre 17% pour nous (détails ici).

 

-Ils sont plus endettés :  90% du revenu disponible brut, contre 75% pour nous (détails ici).

 

-Enfin, le chiffre qui tue (l'équivalent statistique du "Aï-Teïïï" de l'inoubliable Docteur Justice) - une exclusivité Bob justice kiaiWillard :

nous avons compilé les budgets annuels 2009  français et allemands relatifs aux postes de dépenses suivants : meuble, électro-ménager, TIC, informatique, sport, bricolage, d'après les données disponibles ici : A revenu égal,  le budget allemand est de 1866€, contre 1745€ pour le français. Cherchez le radin !

 

En conclusion de cette étude, nous contestons vigoureusement la thèse consensuelle selon laquelle les Allemands sont mauvais consommateurs et mauvais importateurs - tous les chiffres que nous avons pu trouver démontrant le contraire.

 

Nous n'accorderons pas davantage de crédit à ceux qui prétendent expliquer la compétitivité de l'industrie allemande par le coût du travail qui serait moindre en Allemagne qu'en France : c'est tout simplement l'inverse - et c'est notre Sécurité Sociale qui le dit (détails ici).

 

Non cher lecteur, si la France est en train de se faire distancer par sa voisine, ce n'est pas pour ces raisons simplistes, dont on voit bien les motivations de ceux qui les exhibent.

 

LA vraie raison, est SIMPLISSIME : nous voulons obtenir des choses, en échange de RIEN - et nous croyons pouvoir y parvenir. Les Allemands, eux, savent que c'est impossible.

 

Nous y reviendrons.

 

p.s. A lire aussi sur la question : http://www.humandee.org/spip.php?page=imprimer&id_article=114

 

Bob Willard

22/01/2010

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Alexandre Boudnikoff 22/01/2011 22:05


JL mériterait une chronique à lui seul.
Sachant que TOUT est NOTOIREMENT moins cher en Allemagne qu'en France, les Allemands consomment donc notoirement plus que nous et de qualité notoirement supérieure.