Le referendum de Cohn-Bendit : positivement irradiant.

Publié le par Robert Willard

Notre cousin Alexandre nous a fait part récemment de la réaction d'un de ces amis à propos de l'accident nucléaire nippon - plus exactement, de son traitement par nos hommes politiques. A juste titre, il constatait que ce qui est un problème technique purement japono-japonais a été prestement importé et transformé sans coup férir en problème politique franco-français n'ayant aucunement lieu d'être. "Ce gouvernement est décidemment un gouvernement d'amateurs.", conclue-t-il.

 

Nous sommes d'accord, sauf sur un point : ce gouvernement n'est pas un gouvernement d'amateurs : ce n'est pas un gouvernement tout-court.

 

Car il n'y a pas de gouvernement en conocratie. Il n'y a que des gens qui conçoivent des sondages, étudient les résultats de ces sondages, au vu desquels ils s'efforcent de déterminer dans quelle mesure ils peuvent non-agir sans préjudice pour leur carrière. Et quand ils ne font pas de sondage, ils emploient toute leur intelligence à deviner quel en serait le résultat, s'ils en faisait un. 

 

(Le seul domaine où il n'est rien demandé à personne est le domaine financier. Stricto-sensu, le Marché nous gouverne bien davantage que la clique des sondeurs de l' Elysée-Matignon)

 

Sarkozy a incontestablement donné ses lettres de noblesse à la conocratie - nous vous en avons déjà touché quelques mots lors de chroniques précédentes ( Naissance d'une Conocratie ,  Après Zemmour, le Figaro ?  et Décidemment ça se CONfirme ). Rendons toutefois cet hommage à notre chère gauche, qu'elle ne ménage pas ses efforts pour lui ravir le titre de "locomotive conocratique".

 cohn bendit

Voyez avec quelle réactivité elle a proposé d'instaurer une "complète transparence" sur l'état du nucléaire français, et même, tiens donc, un référendum (les dictatures ont l'armée, les conocraties ont le référendum), un référendum, donc, sur la "sortie du nucléaire". Quel meilleur moment pour s'assurer une réponse raisonnée, fruit de sereines et objectives reflexions ? Et, de toute façon : quelles reflexions ? Sur la base de quelles connaissances techniques ? Tout est idiot dans cette proposition, et hypocryte, et démagogique. C'est une très belle proposition de conocrates CONfirmés (signée, ça ne s'invente pas, Con-Bendit...pardon : CoHn-Bendit).

 

Notez aussi le silence complet de tous les pourfendeurs de "populisme", dont les goualantes ont saturé l'espace médiatiques après le sondage donnant Marine Le Pen gagnante au premier tour de 2012 : sans doute ne voient-ils rien de "populiste" dans le référendum réclamé, mais seulement le sain fonctionnement d'une démocratie bien comprise.

 

Le Figaro, bien entendu, n'a pas manqué l'occasion de se fendre d'un sondage sur la dangerosité du nucléaire français (le Figaro, devine-t-on, compte un grand nombre de physiciens nucléaires dans son lectorat).

 

Mais parlons un peu de la Libye, cher lecteur.

 

 Les médias l'ont un peu laissée tomber pour suivre les (terribles)événements japonais. Nous avons néanmoins trouvé un article dans le Figaro, faisant état des reconquêtes de l'armée régulière Lybienne qui inflige revers sur revers aux insurgés. Le ton de cet article nous a sidéré : c'est à peine si l'auteur ne traite pas les insurgés de crétins incompétents et indisciplinés, ne comprenant rien à rien - et couards par dessus le marché. Inattendu au possible, et tellement incroyable que nous vous invitons avec la dernière insistance à le vérifier par vous-même (ici), et à nous faire part, si vous le voulez bien, de votre impression.

 

A part ça, nous envisageons ce soir de regarder un film avec Steven Segal et Michael Caine intitulé "Terrain miné" . Nous aimons bien Steven Segal, pour une raison qui nous échappe à vrai dire ; nous aimons bien aussi Michael Caine, mais, en ce qui le concerne, nous savons très bien pourquoi. Nous pressentons que Terrain Miné ne sera pas un impérissable chef-d'oeuvre - et nous nous en moquons complètement.

 

Bob Willard

14/03/2011

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article