Naissance d'une Conocratie

Publié le par Robert Willard


Notre démocratie se meurt, cher lecteur.

 

Nous n'en sommes pas surpris. Les Français se trompent sur eux-mêmes : ils croient être démocrates, ce qu'ils n'ont jamais été. Ce qui arrive est dans la logique de cette méprise séculaire.

 

Une démocratie bien comprise est un régime où une majorité de cons désigne pour la gouverner une minorité d'intelligents courageux et honnêtes. Cela ne peut fonctioner que si la connerie de la majorité est d'une certaine qualité, d'une qualité si rare en vérité qu'on ne la trouve guère que chez quelques peuples nordiques.

 

Une démocratie mal comprise, comme la notre, voit sa majorité de cons désigner d'autres cons,  pas très courageux ni très honnêtes, pour la diriger. Par un phénomène de cercle vicieux, à mesure que les générations se succèdent, les cons élus deviennent de plus en plus cons (car issus d'une population connifiée par les cons-élus précédents), de moins en moins courageux et honnêtes - jusqu'à ne plus guère se distinguer des cons électeurs que par leur bagout et leur rouerie.

 

A ce stade, dont nous ne sommes plus très éloignés, l'Etat et son gouvernement agissent au jour le jour, en fonction de l'humeur populaire qu'ils ont soin de sonder quasiment en temps réel. Le peuple lui-même ne respecte plus les institutions, dont il entend pouvoir juger, à tout moment et à tout propos,  les représentants. Toute forme d'autorité est suspecte, car perçue comme antinomique de l' "égalité" si chère à nos coeurs français, et doit être, à priori, contestée.

 

D'ailleurs la contestation devient la seule manifestation reconnue d'intelligence et de courage : celui qui ne conteste pas, est soit une andouille qui ne comprend rien, soit une lopette (que cette contestation soit fondée ou non ne change rien à notre propos).

 

Cette conception très française de l'égalité, en phase terminale de DMC (Démocratie Mal Comprise), conduit entre autres à normaliser l' Ingérence - pire : à la hisser au rang des plus nobles vertus humaines en général, politiques  et civiques en particulier, en tant que bras armé de la Contestation. Kouchener, chez nous, en fut l'apôtre. Le stade du droit d'ingérence est d'ailleurs déjà dépassé : il faut parler à présent de devoir d'ingérence pour être véritablement au faît de l'évolution de nos moeurs.

 

Nous avons ces derniers temps droit à un véritable festival d'illustrations de notre propos :

 

-ingérance populaire dans les affaires courantes de nos ministres d'Etat (MAM et Fillon)

  -donnant lieu immédiatement à sondage (65% des sondés pour la démission de MAM)

  -auquel le chef de l' Etat réagit aussitôt en légiférant sur les "vacances à l'étranger des ministres" ;

 

-contestation de la famille de Laetitia, à propos du bon déroulement des procédures judiciaires et policières en relation avec le meurtre de leur fille ;

  -donnant lieu immédiatement à des remontrances médiatisées du chef de l' Etat à l'encontre de la Justice et de la Police Nationale ;

 

-ingérance de notre ministère des affaires étrangères dans une décision de justice mexicaine, prise en toute conformité avec le droit mexicain, au seul motif (non avoué) qu'elle concerne une ressortissante française  (donnant lieu à un bras d'honneur diplomatique des autorités mexicaines) ;

 

-ingérance de l'Etat français (pas tout seul en l'occurence) dans les affaires intérieures égyptiennes, Sarkozy se prononçant publiquement sur l'"inéluctabilité" du départ de Moubarack ;

 

-...pour ne mentionner que les faits de la plus brûlante actualité.

 

Le processus en marche, alimenté par l'exemple donné au plus haut (?)  niveau, va bientôt donner lieu à l'ultime mutation de notre DMC : la CONOCRATIE, portant haut sa fière devise : Connerie, Contestation et Ingérance. Où tout le monde donnera son avis sur tout . Où toute décision gouvernementale, toute décision de justice, tout litige, TOUT, absolument TOUT sera soumis à référendum national immédiat (par voie de sms). 

 

Les rangs des conocrates sont potentiellement innombrables, puisque comprenant tous les cons (d'office), sans préjudice des non-cons lâches, des non-cons malhonnêtes et des non-cons lâches et malhonnêtes.

 

Oui cher lecteur, la Conocratie est en marche - en fait, elle est déjà là. Vous pouvez sentir son souffle sur votre nuque, chaud et fétide. Sa puissance est gigantesque, car elle est fille de la Connerie. C'est une force de la Nature - comme la Gravitation, ou l' Electromagnétisme. 

 

Quel moyen d'échapper à l'Electromagnétisme ?

 

Bob Willard

11/02/2011

 

 

Commenter cet article