Planquez vos prépuces !

Publié le par Robert Willard

Eh bien qu'on se le dise, cher lecteur : la France a des "racines juives", "antérieures au christianisme", dont elle doit "être fière".

 

On peut croire sur parole l'éminent spécialiste auteur de cette affirmation, pétrie d'une impartialité toute scientifique : il s'agit de notre fabuleux président Sarkozy, s'exprimant à l'occasion du dîner annuel du CRIF.

 

La preuve ? Il la donne : "la présence de bains rituels juifs contemporains de nos églises romanes" .

 

Ca vous la coupe, pas vrai ? 

 

Nous voilà donc Juifs, quasiment au même titre (voire, davantage ?) que Gallo-Romains Chrétiens, par la grâce des quelques vestiges de piscines hébraïques trouvés sur notre territoire.

   

A quoi peut bien servir cette déclaration ? Les gens intelligents la trouvent parfaitement stupide (ce qu'elle est), et les autres vont la prendre pour une provocation (ce qu'elle est peut-être aussi). C'est-à-dire que Sarkozy passe pour un crétin, d'une part, et donne du grain à moudre, à très bon compte, aux antisémites, d'autre part.

 

C'est d'une telle ânerie qu'on n'ose y voir une flatterie à destination de ses hôtes du CRIF - même compte tenu de l'évidente motivation électoraliste - à moins que Sarkozy ne les tienne pour de sombres idiots et n'ait voulu le faire savoir. Peu probable...

 

Peut-être était-ce un message à destination d'Israël, une façon de la rassurer en ces temps inquiétants où l'Egypte "dialogue" avec les Frères Musulman, où le Liban se donne un premier ministre ouvertement pro-syrien, et où le Hamas palestinien reste plus vindicatif que jamais ? La France "enracinée" dans le judaïsme ne saurait la laisser tomber.

 

Certes la très nette sur-représentation juive au sein de la classe politique française peut être par elle-même un "message"  (c'est d'ailleurs bien ainsi que l'entendent les islamistes) : Sarkozy a-t-il néanmoins estimé qu'il fallait le rendre un peu plus explicite encore ?

 

Les Français apprécieront en tous cas de se voir ainsi "judaïsés", tout-à-trac, par leur président ; ils en seront quittes pour patauger un peu plus profondemment dans le merdier israélo-arabe, dont la planète entière est déjà copieusement éclaboussée.

 

Tous bains rituels mis à part : jusqu'à présent la France n'avait pas connu d'homme politique plus néfaste à sa santé économique et sociale que Giscard ; nous craignons qu'il ne soit pulvérisé sur ce triste terrain par Sarkozy.

 

Qui dit et fait décidemment beaucoup, BEAUCOUP de conneries.

 

Bob Willardblum

  10/02/2010

 

Publié dans société

Commenter cet article