Découverte au fond d'une grange

Publié le par Robert Willard

Nous sommes un peu las du tintamare de l'actualité, cher lecteur. Il nous indispose, à la manière de ces musiques extrême-orientales tout en symbales assourdissantes, flûtes aigres et guitares désaccordées - version acoustique des supplices asiatiques.

 

Nous recherchons le calme et la sérénité.

 

Ainsi nous relisons nos vieux Strange, fabuleux mensuel regroupant les aventures de "super-héros" tels que Dardevil, Iron-Man, Spider-Man, Captain Marvel... et quelques autres. A l'époque de leur parution, il y a un peu plus de quarante ans pour les plus vieux numéros, ils passaient pour ultra violents, abrutissants et foncièrement décadents - la censure, incroyable mais vrai ! , en empéchait parfois la parution.

 

Aujourd'hui ils nous enchantent par leur naïveté. Ils nous ramènent aussi trente-cinq ans en arrière, quand nous travaillions sur les marchés, le mercredi et le samedi, pour gagner de quoi acheter les vieux numéros chez le bouquiniste. Nous avons toujours dix ans quand nous les lisons. Ils sont notre elixir de jouvence.

 

Hélàs nous en avons égaré quelques uns lors de notre dernier déménagement. Ce week-end nous avons fouillé pour la énième fois les cartons non déballés stockés dans notre grange, non pas tellement dans l'espoir de les trouver, mais pour lever définitivement un ultime doute.

 

Nous n'avons pas retrouvé nos Strange, mais une pochette contenant des planches dessinées. Cette découverte nous a rappelé une époque beaucoup moins heureuse que celle de nos dix ans. Nous avions dessiné ces planches durant les deux années de chômage que nous avons traversées à notre sortie d'école d'ingénieurs, en 1993.

 

Durant ces années, tout dipômé que nous étions, personne ne se souciait de nous embaucher : c'était la crise, et seuls les ingénieurs expérimentés intéressaient les employeurs - et encore ne devaient-ils pas être trop exigeants quant au salaire.

 

Pendant ces deux ans, nous avons été RMIste, employé au standard téléphonique du CNED à Vanves, opérateur de saisi dans un laboratoire d'analyses médicales à Nanterre, télé-opérateur chez Téléperformance à Paris - et presque distributeur du journal HP92.

 

Nous avons aussi essayé de donner un coup de neuf aux manuels scolaires de mathématiques et de physique, en proposant des planches dessinées aux principaux éditeurs, qui eussent apporté un peu de gaité et d'humour à ces ouvrages notoirement rébarbatifs - sans sacrfier à la plus stricte rigueur scientifique quant au contenu.

 

Nous avons, donc, retrouvé ces planches (ici , ici et ici). En toute objectivité, elles sont vraiment emballantes. Le graphisme en est plus que correct, le contenu est d'une irréprochable orthodoxie et elles sont incontestablement drôles. En tant qu'élève de terminale, nous aurions aimé les voir égayer nos bouquins de maths (les pires, puisque ne comportant pas la moindre illustration) et de physique.

 

Mais elles ne correspondaient pas aux "lignes éditoriales" des maisons d'édition auxquelles nous les avons adressées, pour lesquelles le comble de l'audace consistait en l'incrustation, dans le manuel de physique, de photographies d'une totale ringardise et de petites illustrations mal fichues, honteuses et inutiles.  

 

Nous ne nous sommes pas découragé. Puisque l'édition de manuels scolaires était trop sclérosée pour apprécier notre proposition, nous avons tenté le tout pour le tout, en visant cette fois Fluide Glacial : cela a donné cinq planches d'une aventure de Max Lechiant, dont les âmes délicates éviteront la lecture ().

 

Nous avons essuyé un refus tout aussi ferme que précedemment - avec le plus complet détachement puisque entre temps, nous avions trouvé un poste, enfin, dans une PME des Ulis.

 

Nous vous laissons découvrir, ci-jointes, ces tentatives dessinées. Fluide Glacial n' a probablement rien perdu - mais nous n'en dirions pas autant de l'industrie du livre scolaire.

 

 

Bob Willard

18/04/2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article